En travaillant de manière empirique, des liens se sont formés dans ma peinture entre les différents mondes que je perçois en tant qu'humaine, sur cette Terre. Quand je parle de monde, je les identifie comme des entités complexes qui se gèrent et cohabitent. Plus concrètement, il peut s'agir des écho-systèmes (végétal, humain, animal), du temps (passé, présent, futur), des espaces-temps (matériel et spirituel, réel ou imaginaire). Je suis très inspirée par tout ce qui nous amène à des états contemplatifs, méditatifs ou modifiés de conscience. Je pense que la nature est un vecteur universel vers ces états.

J'ai toujours eu pour habitude de marcher en quête de paysages ou de petits détails qui vont retenir mon attention. Ces ballades sont des méditations actives où mon regard se dépose sur le monde et où je vais inconsciemment être attiré par un souffle de vent, une branche, un jardin. C'est ce souvenir, cette émotion que j'essaye ensuite de retranscrire dans mes oeuvres pour partager mes sentiments avec le spectateur. 

 


Mes influences : la figuration narrative (Jacques Monory, Gilles Aillaud) les estampes japonaises : Kuniyoshi, l'impressionisme (Claude Monet, Anders Zorn) le pop art (Roy Lichtenstein), le fauvisme (Henri Matisse), l'orientalisme (Dinet, Majorelle).

Linda Bachammar

20200402_095538.jpg

© 2020 par Linda Bachammar